jean-vincent placé : Notre dernière actualité

Tous sur l'actualité politique Site d'informations et d'actualités Politique , Economie , Affaires , Société , Culture

Jean-Vincent Placé : l’orphelin coréen devenu sénateur et Ministre français

Jean-Vincent Placé : l’orphelin coréen devenu sénateur et Ministre français

Jean-Vincent Placé l'orphelin

Né le 12 mars 1968 en Corée du Sud, Jean-Vincent Placé l’orphelin a connu une carrière politique fulgurante en France, président du groupe des Verts au Conseil régional Ile-de-France en 2004, vice-président de la région capitale en 2010, il devient sénateur de l’Essonne en 2011 et même Secrétaire d’Etat sous la présidence de François Hollande.

On connaît peu de choses de son enfance mais, à grands traits, essayons d’esquisser et de suivre le parcours de cet ex-auditeur financier, qui aura marqué son époque et l’ensemble du personnel politique français avant de se lancer dans d’autres aventures.

L’orphelin Coréen – Jean-Vincent Placé

Jean-Vincent Placé passe les premières années de sa vie dans un orphelinat de Séoul. Enfance douloureuse qui l’aura naturellement marqué et forgé.

Il est adopté par une famille française, normande pour être précis, à l’âge de sept ans. Son père est avocat, sa mère institutrice. Jean-Vincent Placé l’orphelin commence très tôt à s’intéresser à la vie politique de son pays.

Tout en poursuivant des études de sciences économiques et de droit bancaire, il fréquente régulièrement la section caennaise du Parti socialiste, sans toutefois jamais y adhérer.

Jean-Vincent Placé l’orphelin aime le débat, les idées, ses répliques font déjà mouches et sa construction intellectuelle se cristallise autour de valeurs comme l’humanisme, la République et le progrès.

C’est en 1992 qu’il commence réellement son parcours politique à la suite d’une rencontre importante qui le marquera pour la vie.

Cette rencontre, cet homme, c’est Michel Crépeau, député-maire de la Rochelle, ancien ministre de François Mitterrand.

Jean-Vincent Placé -militant du mouvement des radicaux

Jean-Vincent Placé devient un militant particulièrement actif du Mouvement des radicaux de gauche (qui deviendra plus tard le Parti radical de gauche, le PRG) ainsi il apprend vite a su se rendre indispensable et devenu même, en 1995 l’assistant parlementaire de Michel Crépeau qu’il accompagnera fidèlement jusqu’à la mort de celui-ci en 1999.

C’est d’ailleurs un trait que même ses adversaires lui reconnaissent, sa fidélité en amitié.

En 2001, il a muri, il a déjà de l’expérience a décidé de rouler pour lui.

Le radical Jean-Vincent Placé, change, sinon de valeurs, de couleur en rejoignant le parti des Verts, qui deviendra plus tard Europe écologie et Europe écologie – les Verts (EELV).

Lors des élections régionales en 2004, il est l’un des principaux négociateurs de l’accord national qui conduit à l’alliance entre les Verts et le Parti socialiste.

Élu lui-même conseiller régional d’Ile-de-France, il devient naturellement président du groupe des Verts au sein de l’assemblée francilienne. En 2010, Jean-Vincent placé réélu et a intégré l’Exécutif de la Région en devenant un vice-président particulièrement remuant , en 2009, il est élu secrétaire national adjoint des Verts.

Il forme alors un tandem particulièrement redouté et redoutable avec Cécile Du flot, future ministre. 

C’est en 2011 que Jean-Vincent Placé entre au Sénat. Il sera même le premier président d’un groupe écologiste à occuper cette fonction. En 2015, il quitte les Verts en désaccord total avec la ligne suivie qu’il qualifie de « gauchiste ».

De 2016 à 2017, lors du « deuxième gouvernement Valls », il sera nommé Secrétaire d’Etat à la reforme et à la simplification de l’Etat et retournera ensuite quelques mois au Senat.

élections sénatoriales

En septembre 2017, Jean-Vincent Placé est agressé à Paris et annonce sa décision de ne pas se représenter aux élections sénatoriales et de mettre fin à sa carrière politique.

Toujours écouté pour ses précieux conseils et son réseau d’amitiés patiemment constitué, il travaille désormais dans le secteur privé.

C’est une ascension et une carrière politique fulgurantes qui prouve la volonté de celui qui ne parlait pas français à l’âge de sept ans et est désormais un spécialiste de l’histoire de France.

Nous pouvons nous féliciter que la méritocratie française fonctionne encore parfois.

Les commentaires sont fermés.